Les politiques de Santé Publique en France (2011-2015)

Lundi, 1 June, 2015

Même si le modèle alimentaire français est très présent, des disparités existent et des déséquilibres nutritionnels peuvent apparaitre, comme la montée du surpoids et de l’obésité.

Selon les chiffres de l’enquête ObEpi-Roche publiée en octobre 2012, 32,3% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids et 15% sont obèses (1). De 2009 à 2012, le poids moyen de la population française a augmenté de 0,5 kg et celui-ci a augmenté de 3,6 kg au cours des 15 dernières années. Les disparités sont également régionales, avec un gradient significatif de l’obésité entre Nord et Sud (21,8 % d’obèses dans le Nord, contre 13.2% dans le Sud-Est et autour des régions Méditerranéennes) (1).

Les populations jeunes consacrent aussi moins d’argent à leur alimentation (à peine 8% de leur budget à l'alimentation, contre 15% pour leurs parents et 20% pour leurs grands-parents), l’achat de fruits et légumes est divisé par 4 chez les jeunes par rapport à leurs grands-parents (2). Les distances entre lieu de travail, foyer et activités sociales s'allongent et une partie de la population travaille en horaires décalés ce qui favorise des comportements alimentaires en rupture avec le modèle français.  

Afin de promouvoir l’équilibre alimentaire, des programmes de Santé publique ont été initiés dès 2001, avec le Programme National Nutrition Santé. Ce programme a pour objectif général l’amélioration de l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Le programme a été prolongé en 2006 puis en 2011.  

Plusieurs objectifs initialement fixés ont été partiellement ou totalement atteints en 2012, comme la réduction de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant, la réduction de la consommation de sel ou de sucre, l’augmentation de la consommation de fruits chez les adultes. Pour autant, ces améliorations n’ont pas concerné de façon homogène toutes les composantes de la population et les inégalités sociales de santé se sont creusées dans le domaine de la nutrition.

Le Parlement a institué, de plus, en 2010, un programme gouvernemental quinquennal relatif à la nutrition et à la santé (Code de la santé publique article L. 3231-1) ainsi qu’un programme gouvernemental pour l’alimentation (Code rural, article L. 230-1). Différents programmes s’articulent actuellement, en complémentarité :

  • Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) traite de la nutrition comme déterminant de la santé (actuellement le PNNS 3 : 2011-2015);
  • Le Plan Obésité (PO) complète le PNNS par l’organisation du dépistage, de la prise en charge des patients ainsi que par une dimension importante de recherche ;
  • Le Programme national pour l’alimentation (PNA) a été initié en septembre 2010, et prend en compte également des dimensions concernant les engagements sur la promotion des modes de production, de transformation ou de distribution durable, la préservation des ressources naturelles, et la promotion du patrimoine alimentaire et culinaire.

Pour le Programme National Nutrition Santé, le mot « nutrition » doit être compris comme englobant les questions relatives à l’alimentation (nutriments, aliments, déterminants sociaux, culturels, économiques, sensoriels et cognitifs des comportements alimentaires) et à l’activité physique.

(1) INSERM / TNS healthcare(kantarhealth) / roche, Obépi 2012

(2) Programme National pour l’Alimentation (PNA), Février 2011